Pour un Acte II du Grand Paris

Le Grand Paris, et maintenant ? Nouvelles convergences, nouvelles opportunités.

L’acte II du Grand Paris est attendu. S’il y a un consensus pour dire que le projet du Grand Paris est irréversible, la question du financement du projet est plus que jamais posée. Les enjeux sont institutionnels, réglementaires, fiscaux, à l’articulation entre un grand dessin métropolitain et la capacité des acteurs à porter localement les projets.

La mise en oeuvre de l’acte II du Grand Paris suppose la création de nouveaux lieux de convergence entre les pouvoirs publics et les acteurs économiques sur la création et le partage de valeur.

L’acte II du Grand Paris, c’est mobiliser 350 milliards d’euros pour créer les infrastructures de transport du Grand Paris, développer les politiques d’innovation et les décliner, construire les logements, les bureaux, les équipements dont la région capitale a besoin. C’est mettre en oeuvre plus de 650 projets aujourd’hui identifiés.

Projet d’intérêt général, le Grand Paris repose sur le croisement des projets publics et des projets privés, des financements publics et des financements privés, des acteurs publics et des acteurs privés.

Comment la transformation continue de la métropole peut-elle faire levier pour mobiliser durablement les énergies, les financements, et créer des richesses nouvelles ? (immobilier, infrastructures, R&D).

C’est l’objectif des travaux du Cercle de Réflexion Grand Paris de l’Investissement Durable. Créé au début de l’année 2011, le cercle de réflexion Grand Paris de l’Investissement Durable est porté par Renaissance Urbaine et le réseau d’investisseurs et acteurs du développement urbain Urban Land Institute (ULI).

Pour un Acte II du Grand Paris